20 heures précises ce soir, c’est l’heure officielle de diffusion des résultats de l’élection présidentielle mais aujourd’hui une inconnue menace cette sacro-sainte heure de dévoilement : #RadioLondres. 

S’il y a quelques années on avait l’habitude d’attendre devant la télévision l’apparition des 2 candidat(e)s du deuxième tour, l’essor des réseaux sociaux et notamment Twitter pourrait bien venir perturber cette habitude. De nombreux « twittos » ont ainsi décidé de contourner la loi en dévoilant les premieres tendances avant 20 heures en les communiquant sous forme de métaphores… Assortis du hastag #RadioLondres, ce sont donc des dizaines de noms de codes et de messages qui sont venus fleurir, non sans humour, les Timeline de France depuis quelques jours.

« Les talonnettes sont dans les cartons je répète les talonnettes sont dans les cartons », « N’oubliez pas de sortir les poubelles. Je répète : n’oubliez pas de sortir les poubelles », ou « Le Flamby expire le 05/05″…

Bref, même en temps de crise, les Français ne manquent d’imagination à en lire le Best-of de #RadioLondres.

La Commission des sondages a néanmoins beaucoup moins d’humour que les internautes. Elle la d’ailleurs fait savoir par le biais d’un rappel à la loi adressé aux médias cette semaine. Ainsi, quiconque dévoilerait avant l’heure des tendances de vote s’exposerait à une amende de 75 000€. Et pour veiller à la bonne application de la loi, la Commission des sondages et la Commission de contrôle de la campagne ont d’ailleurs mis en place aujourd’hui une cellule de veille commune pour mieux identifier les contrevenants et les déférer devant le parquet. En tout, une dizaine de personnes chargées de faire respecter la loi sur vont scruter le Net toute la journée à la recherche de fuites. Une dizaine de personnes donc contre des centaines de milliers d’internautes sur les réseaux sociaux…

Au delà des risques encourus en cas de diffusion d’un message même codé, c’est bien la question de la pertinence de cette loi qui pose débat. Doit-on à l’heure des réseaux sociaux et de l’immédiateté de l’information garder une loi que l’on peut juger d’absurde. A vous de juger. A vous Paris.